ZalmO

Boutique et univers créatif

« Jeux de mots, Jeux de Pinceaux »

« Zoyons Farfelus et Elégants »:

La « Zinterview », par Léla Salamèche

« Méfait accompli »

LS– Bonjour Clothilde, tout d’abord merci d’avoir bien voulu répondre à nos questions!

Z -Je ne m’appelle pas Clothilde.

LS -Ah…Bien.

Je…Oui…Je lis sur mes fiches que c’est… Z…Za…Zalmo ?

 Z -Voilà.

 LS -Alors, Zalmo, comment définiriez-vous votre processus créatif ?

Avez-vous besoin de peindre nue ?

De vous connecter aux arbres ?

D’aucuns disent que vous prenez beaucoup de bains…

 Z -Ça c’est parfaitement vrai, je prends beaucoup de bains.

Pour le reste, je dirais que c’est comme une envie de chanter, un besoin de faire exister des histoires ou des images, de donner corps, d’amuser, de se relier aux autres.

Tout commence par un jeu de mot en bord de bouche, par quelque chose qui gratte, par un dessin d’abord tracé dans un coin de tête.

Et à chaque fois il y a l’envie de partager et d’offrir, comme un gamin qui est content de montrer le bonhomme qu’il a dessiné pour Tata Gertrude.

LS– Votre tante s’appelle Gertrude?.

Z -Passons… Ce que j’aimerais dire, c’est que je souhaite inviter les gens dans mon univers… mais quand on achète un de mes dessins, finalement c’est un peu moi qu’on invite.

L’objet, le texte, le dessin que je propose peut s’offrir comme un message, un témoignage, une invitation…

LS – Hmmm…

Alors, je lis sur mes fiches que vous exhortez les foules à être, je cite « Farfelus et élégants », vous l’assumez ?

Z -Bien sûr ! J’espère même ainsi poser les bases d’une révolte contre la sinistrose et les nouilles déshydratées.

 

LSZalmo, je lis également sur mes fiches, qu’il y a quelque chose du rituel dans vos créations…

Z -En quelque sorte…Avec le Rotulus, par exemple, je propose de faire du Zcrolling : un geste entre l’index posé sur l’écran et celui du messager royal déroulant son parchemin.

On retrouve également le clin d’oeil du cérémonial dans le packaging; le sceau de cire achevant de sceller la magie du présent que l’on offre. 

« Zalmo revend ses plans à la CMS (Compagnie des Méchantes Sorcières) »

« 31 décembre, 5h du matin. Fondre de la cire, coûte que coûte. »

LSHeu…Donc vos œuvres d’art décoratives, qui mêlent souvent textes et dessins, provoquent le petit frisson qui change la couleur du jour, qui, je le lis sur mes fiches, « permet de renouer avec une certaine espièglerie, une poésie du quotidien »…

Z -Votre fiche est à l’envers…

LS – Z’est vrai! Tiens qu’est-ze qui me zarrive ?

Z -Ah oui ze n’est rien… Z’est à dire que la fréquentation de l’univers de Zalmo a des zeffets zecondaires…

LS -Bon… Il zemblerait que s’offrir ou offrir une création de Zalmo ait le pouvoir d’enrichir notre imaginaire, de faire rêvasser, de se souvenir de quelqu’un, de témoigner d’une pensée… Cherchez-vous à créer de l’intimité et du partage ?

Z -J’ai la conviction que c’est plus dans la poésie du quotidien que dans les grands mouvements de l’Histoire que les choses et les êtres changent, et c’est pourquoi je… Qu’est-ce que vous faites ? Enfin rhabillez-vous !

LS -Pardon, je rêvassais et j’ai eu z’envie de mettre ma culotte sur la tête.

Z -C’est étrange ! Juste avant vous un journaliste a voulu manger mon écharpe…

LS -Crue ?!!

Z-On va arrêter cette zinterview. Merci en tout cas pour votre…

LS -Non, non z’est moi, merzi encore pour toutes vos questions zà mes réponses !

Z -Oui,oui, attendez, lâchez mon écharpe, non, tout doux, stop !

« Dans un rire sonore et machiavélique Zalmo se pâme (se palme) face à ses œuvres. »